Diminuer le texte Appuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Envoyer l'adresse de la page à un ami Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.

Exporter au format PDF (nouvelle fenêtre)



Plan de protection de l'atmosphère

L'enquête publique du Plan de protection de l'atmosphère est à présent clôturée. Retrouvez ci-dessous les principaux éléments de cette concertation.

Une enquête publique a eu lieu du 31 août au 2 octobre 2015

La qualité de l’air est un enjeu fort de santé publique. C’est pourquoi, comme dans toute région, il existe un dispositif permanent de surveillance de la qualité de l’air, géré par AIR Languedoc Roussillon.

La pollution de l’air sur la zone urbaine de Nîmes est stable voire en amélioration. Néanmoins, comme toute aire urbaine de cette taille, des dépassements de seuils réglementaires sont parfois observés. C’est le cas de l’ozone en période de forte chaleur. Des dépassements annuels ont aussi été observés sur le dioxyde d’azote (NO2) en centre ville de Nîmes ainsi que sur les axes routiers structurants à fort trafic (N106, N113, A9 et A54).

Ces dépassements ont donné lieu au lancement, par le Préfet du Gard, d’un Plan de protection de l’atmosphère (PPA) sur la zone du SCOT Sud Gard. 81 communes, soit 52% de la population du département, sont concernées.

Le Plan de protection de l'atmosphère fait un état des lieux sur la qualité de l’air et comprend un programme d’actions qui comporte 17 actions. Il vise à réduire les polluants de l’air en agissant à la source. Il préserve ainsi l’environnement et réduit les risques sur la santé. De nombreux acteurs sont impliqués tant dans l'élaboration du PPA que dans sa mise en œuvre.

23

agenda

Evénements
Mois précédent Décembre Mois suivant
L M M J V S D
  01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Tous les événements

Que va t'il se passer à présent ?

Le PPA a été approuvé le 3 juin 2016. Les actions vont à présent se mettre en œuvre. Un suivi annuel sera réalisé par le Préfet en charge de sa coordination.

Comment se forme le dioxyde d’azote ?

Les émissions de dioxyde d’azote proviennent essentiellement (à 81 %) du transport routier. L’agriculture, le secteur résidentiel et la production d’énergie sont d’autres facteurs de pollution. Les émissions proviennent de sources de pollutions fixes (installations de combustion, usines d’incinération, chauffage domestique, etc.) et mobiles (transports, agriculture).

Quels sont les impacts de ce polluant ?

Le dioxyde d'azote a un impact sur l’environnement (pluies acides, gaz à effet de serre, formation de l’ozone) et sur la santé (irritation des yeux et des voies respiratoires en cas de forte concentration mais aussi des effets chroniques : hyperactivité et infections bronchiques notamment chez les enfants, asthme).

Les actions, mises en place pour réduire les émissions de dioxyde d’azote, permettent également d’agir sur d’autres polluants de l’atmosphère : les particules en suspension (PM10 et PM2.5). Ces particules fines ont des effets très nocifs sur la santé (irritation des voies respiratoires, risques cardiaques, certains sont cancérigènes).